LES ÉMOTIONS OLFACTIVES, LES PLUS ANCRÉES DANS MA MÉMOIRE…

portrait avec prof deco
avec mon professeur de déco Claude Donnot / ENBA Nancy
portrait_cours de nu
en cours de peinture / ENBA Nancy

J’ai des souvenirs olfactifs très précis et très particuliers de mon passage à l’école nationale des Beaux Arts de Nancy, il y a pourtant 50 ans : odeurs d’essence de térébenthine, des toiles qui séchaient dans l’atelier de peinture jusqu’au prochain cours, odeurs d’humus des bacs de terre glaise et des modelages en cours, enveloppés de leurs chiffons pour conserver l’humidité dans l’atelier de sculpture, odeurs d’acides et d’encres à graver dans l’atelier de gravure…

sans oublier l’odeur des croissants que nous achetions à la pause dans la loge du concierge…

dessin_jeunesse_rue village_crayon de couleurs_21x27 cm
rue de village meusien / crayon de couleur / 21×27 cm / dessin de jeunesse

Autre souvenir olfactif très vivace quand j’avais 13 ans : je suis allé quelques fois chez un client de mon père agent d’assurances, Monsieur Avignon, ancien architecte. Homme déjà âgé, à la stature imposante, il peignait à l’huile et aimait à commenter mes dessins. Un jour il m’a remis une boîte dans laquelle il y avait de nombreux tubes de peinture à l’huile… mes premiers tubes me semble-t-il et j’ai encore le souvenir de cette rencontre tactile, olfactive avec l’huile !!! J’ai dans mon atelier quelques-uns de ces tubes, conservés religieusement.
Autres odeurs qui ont enrichi mon enfance et mon adolescence : celles de la ferme de ma grand-mère Yvonne dans l’Allier

l’événement de l'été chez ma grand-mère et mes oncles : la batteuse !
l’événement de l’été chez ma grand-mère et mes oncles : la batteuse !
portrait grand mere Yvonne
grand mère Yvonne
A deux pas de LA Concorde, de L'ARC de Triomphe et de L'ARCHE de la Défense_20150312_171225
A deux pas de La Concorde, de L’Arc de Triomphe et de L’Arche de La Défense

. L’odeur des pains et des brioches qu’elle sortait du four à pain pour la semaine… l’odeur des poulaillers, des cages à lapins, des couveuses à poussins et à canetons, de la laiterie où j’allais séparer la crème du lait, de l’odeur des farines quand je préparais la soupe des cochons … l’odeur des vaches à mener au pré… la chaleur animale des étables et des écuries. Nous y allions une fois par an en été. La nature, vraie, généreuse, authentique !           Cultiver la terre et cultiver l’esprit, voilà une synthèse évidente qui a construit mon histoire.

Autant j’aime vivre entouré de jardins et d’arbres, autant j’adore marcher dans Paris. Ses quartiers aux ambiances, rythmes et parfums particuliers, son architecture, ses jardins, ses quais de Seine, le Grand Palais, Saint Germain, le Marais, le Louvre, son trafic, ses restaurants, ses bars… me nourrissent jusqu’à y incarner mes rêves. Paris, ville lumière, ville de culture, ville de la mode et du luxe, ville de la mixité… odeurs de la ville… croisement furtif de parfums de femmes…

Quelle plus délicate et communicative odeur que celle d’un parfum ?
De belles opportunités m’ont fait découvrir cet univers. J’ai pris plaisir à exprimer mes émotions ressenties à la rencontre de différents parfums et de leurs créateurs parfumeurs, en laissant vagabonder mon imagination et autoriser ainsi toute image, toute sensation, toute « madeleine » à venir flirter avec ma mémoire, avec mes archives sensorielles.

Avec la musicologue Marie-Anouch Sarkissian et le parfumeur Jacques Masraff
Avec la musicologue Marie-Anouch Sarkissian et le parfumeur Jacques Masraff

mais aussi, interpellé par des sons, des bruits, des musiques !  >

 

WordPress Video Lightbox